border border border
border
   
border border
Vous êtes dans : Accueil arrow La famille Hampe arrow Dans l'automobile arrow Le temps des monoplaces

Menu principal
Accueil
Calendrier
Les dernières news
Palmarès
La famille Hampe
Programme de la saison
Carnet de bord
Galerie Photos
Hampology
Sélection de liens Web
Contact
Sponsors
L'équipe
Stages & Baptêmes
Remerciements

Gilles Hampe remercie les photographes :

MOTO

Stan PEREC
Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

Erick THIEULIN

Hugues MALLET
Frédéric BARZIN
Steph TOROSSIAN
Bernard LONISSERA

 

 

AUTO
Bernard DIDIER
Christian COURTEL
Daniel DORMOY

WEBMASTER
Sébastien FAUCONNIER


border
Le temps des monoplaces
A la fermeture de la maison Panhard, Jean-Baptiste et ses deux fils, Jacques et Guy, prennent le panonceau Renault, et l'esprit de la course continuant de souffler sur le garage - les deux frères ont couru en Monomill et en Formule Junior, notamment sur Lola Panhard, lorsqu'ils appartenaient à l'écurie Montlhéry - , la tribu commence à construire des monoplaces équipés du moteur de la Régie. Le radiateur d'eau dans l'aileron au-dessus du moteur est caractéristique des Hampe.
En 1970, ils se lancent dans la Formule France en parti grâce à Jacques Roussely, qui leur demande de faire un chassis autour de son moteur; 1972 est une année décisive avec quatre pilotes officiellement dans la course : Maxime Bochet, Claude Méda, François Tiano et Daniel Riberolle. Mais de nombreux autres pilotes privés utiliseront cette année-là les Hampe, comme les frères Maxime, Xavier Mathiot, Jean-Pierre Maillochon, François Richard, Michel Seban, Alain Jouy, Jacques Hyron, Michel Faillot, Gérard Bernardot ou Michel Dott... pour ne citer qu'eux.
Le succès.
Le succès est tel que cette année-là, 12 châssis doivent être sous-traités. Par contre, les sous-ensembles (porte-roues, tringles, pédaliers) sont fabriqués au garage de Bondy. Les tubes ronds ont été abandonnés au profit de tubes carrés soudés électriquement pour faciliter la construction.
Le châssis turbulaire est toujours renforcé de tôles d'acier soudées formant des caissons de chaque côté de l'habitacle, ce qui lui confère une grande rigidité.
Mais la grande sp&cialité de la technologie Hampe, ce sont les suspensions. A l'avant, les deux bras du triangle supérieur sont munis  chacun d'une rotule, côté porte-fusée, fixées l'une sur l'autre avec une vis BTR. Les triangles inférieurs sont fixés en avant de l'axe des roues pour que les bras soient tirés au freinage. Les deux frères sont toujours partis du principe que pour être devant les autres, il fallait adopter d'autres solutions.
Une trentaine de monoplaces Hampe furent construites pendant cette époque glorieuse mais la compétition est rarement pour les privés de source de revenus : en 1976, la famille Hampe renonce à la course.
 
< Précédent


Retour haut de page

border 03-12-2020

Langue
English French Italian
GHTV 1
  
   
BOC 2011

et de 4 !!!

Rejoignez nous ...
Réalisation : VisualClinic.fr
border
border border border